Link Search Menu Expand Document
Boîte à outils données programmes Covid-19

3.1.2 Alternatives aux collectes de données type enquête

TABLE DES MATIÈRES


Alternatives à distance aux collectes de données type enquête

Synthèse des solutions et glossaire

Même si l’interaction en face-à-face d’une enquête habituelle ne peut être complètement remplacée, l’utilisation d’une des méthodes de communication suivantes permet de palier à un déficit d’information ou de trianguler certaines informations remontées par des tiers:

image info

Téléphone et transmission du virus : Il est indispensable de comprendre et de faire comprendre que le téléphone mobile, en lui- même, peut être un vecteur de transmission du virus. Communiquez donc auprès de vos équipes et communautés sur l’importance de nettoyer et d’éviter - si cela est possible - de partager son téléphone mobile.


Glossaire

USSD : Service de téléphonie mobile en temps réel ou de type messagerie instantanée, sans possibilité d’enregistrement ni de transfert des messages (contrairement aux caractéristiques des messages SMS “normaux”). Les USSD interactifs sont des sessions d’échanges de messages, en un temps global imparti, défini préalablement par l’opérateur de réseau mobile (négociable). C’est la session d’échange qui sera facturée, non pas chaque message envoyé (comme c’est le cas pour les SMS).

Vous aurez peut-être également besoin pour certaines de ces alternatives (voir-ci-dessous), de solliciter et contractualiser avec un ou des ORM et/ou un agrégateur mobile. Voici la différence entre ces deux types d’organisation:

Mobile Network Operator (MNO) : Organisation fournissant des services de télécommunication. Par exemple : Orange ou MTN.

Mobile Aggregator : Organisation qui incorpore plusieurs opérateurs de réseau mobile et fournit un accès “unifié” aux différents services de communication des opérateurs de réseau mobile (ORM) par le biais de leur application d’agrégation. A noter qu’il existe différents types d’agrégateurs (agrégateur par API, agrégateur pour transfert monétaire…) et que certains sont spécifiques à certains pays notamment pour les USSD. Les plus répandus sont Twilio, Vonage - anciennement Nexmo et Tokbox, Clickatell, Cellulant, InfoBip, Africa’s Talking.

Voir les manuels de DIAL (en anglais) :


Conditions préalables et implications

Pour toutes les alternatives identifiées, il est indispensable que les populations aient, au minimum, accès à un service téléphonique, ce qui peut donc être un frein dans certains contextes. Le répondant doit avoir accès à un téléphone mobile et être capable de s’en servir. Pour certaines de ces alternatives, l’accès à internet est également indispensable.

Cela introduit ainsi des biais importants et difficilement contournables dans les profils de répondants aux enquêtes, qui impliquent d’analyser les résultats avec une certaine réserve (il faut impérativement documenter les biais identifiés).

  1. La pénétration de la téléphonie mobile n’est pas homogène sur tous les territoires, pour des raisons diverses (couverture réseau, densité de population, culturelles, etc.).
  2. Dans de nombreux pays, les détenteurs de téléphone sont, proportionnellement parlant, plus souvent des hommes jeunes. Il peut donc être difficile d’avoir accès à certains publics (en fonction du genre et de l’âge).
  3. Posséder un téléphone (et être en mesure de le charger) ou non impacte la représentativité des résultats sur le plan de la vulnérabilité. Le modèle de téléphone joue également un rôle : entre un téléphone mobile et un smartphone, le profil du détenteur ne sera pas le même.
  4. Il existe un biais inhérent aux technologies. Certaines communautés peuvent en avoir une perception négative (non confiance, vues comme des outils d’espionnage, etc.). Une sensibilisation accrue en amont est parfois nécessaire.
  5. Enfin, en relation avec les points précédents, un autre biais peut apparaître, celui de l’illettrisme, certaines alternatives se basant sur des échanges écrits.


De plus, adapter sa collecte à ces alternatives implique :

  • De revoir le contenu des enquêtes aux nouvelles modalités : questionnaire à raccourcir (15-20 min au téléphone semble un maximum), priorisation et simplification des questions, éventuelles reformulations des questions ouvertes en questions à choix simples ou multiples (pour les SMS ou IVR), impossibilité de collecter certaines données telles que des observations (propreté d’une latrine par exemple) ou les questions trop sensibles pour être posées au téléphone, etc. Il est donc essentiel de réfléchir et prioriser les indicateurs que l’on cherche à analyser in fine et revoir le questionnaire en fonction. La phase de test de celui-ci est d’autant plus importante.
  • Une autre question technique fondamentale concerne la- ou plus probablement les- traduction(s), à réaliser obligatoirement en amont pour les enquêtes type SMS et IVR au niveau du questionnaire. Il faut également s’assurer que les enquêteurs/administrateurs maîtrisent la langue locale, pour répondre aux remarques éventuelles.
  • Un taux de non-réponse plus élevé est à intégrer lors de la conception du plan d’échantillonnage, car il y aura probablement un taux de non-réponse plus élevé par téléphone (téléphone non chargé, coupure réseau, refus de réponse etc.). Plus généralement, le taux de non-réponse ou de refus est un point important à suivre pour mesurer l’adaptation de la collecte de donnée.
  • Les ressources humaines sont aussi à considérer : l’outil de collecte de données implique-t-il de recruter des enquêteurs ? Le processus doit-il être automatisé (logiciel, message vocal) et donc nécessite-t-il des profils spécialisés en gestion de données ? Et dans ce cas, des profils de ce type sont-ils disponibles ? Même si les enquêtes ont lieu par téléphone, il est primordial qu’une confiance puisse s’établir entre l’enquêté et l’enquêteur (les critères de genre, éventuellement d’âge, de langue sont primordiaux).
  • Utiliser de nouveaux outils implique de réfléchir au budget, qui n’est pas forcément négligeable. Les populations enquêtées possèdent-elles des téléphones ? Faut-il distribuer des téléphones/des cartes SIM ? Comment indemniser les répondants (crédit téléphonique/cartes SIM) ? Quel est la solution technologique la plus appropriée (en fonction de son modèle économique : relativement au crédit téléphonique, du nombre de messages envoyés) ? L’organisation a-t-elle le budget pour faire face à ces dépenses ?

Guide pour établir le budget p.19 (utilisation des nouvelles technologies pour M&E en environnement volatile - GPPI - en anglais) : Technologies for monitoring in insecure environments

Administration par enquêteur

Entretien par téléphone

L’entretien téléphonique est adapté pour des enquêtes préalablement réalisées sur papier ou sur support mobile (Mobile Data Collection - MDC) et où l’automatisation de la gestion des appels n’est pas indispensable (faible volume de personnes à appeler).

image info

Solutions technologiques : Les mêmes qu’utilisées auparavant, à savoir formulaire papier ou idéalement solution de collecte de données sur mobile telles que :


Recommandations :

Pour des enquêtes relativement courtes, ou avec peu de répondants et particulièrement pour les enquêtes qualitatives. Les enquêtes sont réalisées comme auparavant en MDC, mais via téléphone après adaptation du questionnaire.

À privilégier si vous êtes familiers notamment avec la collecte de données de type MDC, si vous n’avez pas le besoin d’investir dans un logiciel de ITAO/CATI spécifique.

Ne sous-estimez pas le changement de pratique généré par des enquêtes au téléphone, même pour des enquêteurs expérimentés - pensez à bien les former, débriefer au début et vérifier régulièrement la qualité des données collectées.

Pour aller plus loin (en anglais) :

ITAO/CATI - interview téléphonique assisté par ordinateur

L’ITAO est adapté pour le passage à l’échelle d’une enquête par téléphone : le logiciel organise automatiquement le calendrier d’appels et de rappels, il exclut les non-répondants (après tant de non réponse, s’il y a des mauvais numéros…) et il rend possible l’enregistrement des appels.

image info

Solutions technologiques : Il peut s’agir soit :

  • Des même solutions de collecte de données sur mobile tels que le module CATI “starter kit” de SurveyCTO (Computer-Assisted Telephone Interviewing), bien que peu d’entre eux offrent ces solutions,
  • De solutions spécifiques dédiées au secteur telles que Geopoll,
  • De logiciels dédiés aux centres d’appel tels que Voxco CATI.

Recommandations :

Pour des enquêtes visant un très grand nombre d’individus avec de nombreux enquêteurs et dont la gestion a besoin d’être automatisée.

À privilégier si vous pouvez vous adapter rapidement (enquête et staff) et prévoyez que des enquêtes futures puissent être réalisées ainsi par la suite (pour que l’investissement soit justifié).

Auto administration

L’auto administration de questionnaire a deux implications majeures :

  • Premièrement, l’honnêteté des réponses peut augmenter, et donc la qualité également (car, quand les répondants n’ont pas d’interaction directe avec un enquêteur, ils sont poussés à répondre honnêtement, et adaptent moins leurs réponses à ce que voudrait entendre l’enquêteur),
  • Deuxièmement, la qualité des réponses peut au contraire diminuer (car il n’est pas possible d’interagir ou de vérifier que la personne a compris la question - et donc s’assurer que la réponse est bien “la vraie” et non pas une réponse au hasard).
Enquête par SMS

image info

Solutions technologiques : Des solutions open source existent mais elles nécessitent un support technique (payant).

  • FrontlineSMS : technologie open source gratuite en version desktop mais version cloud fortement conseillée et payante,
  • RapidPro (ancien RapidSMS et TexIt) : solution open source mais nécessitant un hébergement dédié, voir un support technique. Permet la conception de module dédié comme par exemple Ureport.

De très nombreuses entreprises spécialisées dans le secteur de la Solidarité proposent également ce type de services :

Enfin, quelques solutions de collecte de données sur mobile proposent des enquêtes par SMS comme un module supplémentaire assez facile à prendre en main (à privilégier si vous utilisez déjà ces solutions) :

Une comparaison des solutions SMS a été mise à jour en 2019 : http://impacttrackertech.kopernik.info/digital-data-platform/ (Kopernik - International Plan)

Recommandations :

Pour des enquêtes relativement courtes et simples auprès de nombreuses personnes disposant d’un niveau d’alphabétisation suffisant. Les enquêtes doivent être adaptées. Il faut réfléchir à l’indemnisation des répondants, soit en remboursement direct (airtime, airbundle), soit par la prise en charge du coût par l’organisation via le prestataire technique (possible dans de nombreux cas). Vous aurez très probablement besoin d’être accompagné pour la mise en place de ce type de système.

Exemple de réussite p.23 à 25 (GPPI - en anglais) :

Technologies for monitoring in insecure environments


Enquête par USSD

Les USSD sont des sessions d’échange de messages, en un temps de réponse imparti, défini préalablement par l’opérateur de réseau mobile. Il s’agit du système généralement utilisé pour recharger son crédit sur un téléphone.

image info

Solutions technologiques : Les fournisseurs de ces solutions ne sont généralement disponibles que dans certains pays (les solutions suivantes fonctionnent dans de nombreux pays d’Afrique / renseignez-vous).

  • inTarget : entreprise partenaire pour déployer des études USSD,
  • Echo Mobile : entreprise partenaire pour déployer des études USSD auprès des communautés en Afrique.

Recommandations :

Pour des enquêtes courtes et simples ou facilement adaptables auprès d’un public alphabétisé, et si vous avez le budget pour établir un partenariat avec un agrégateur. Le principal atout de cet outil, versus les SMS, est celui du non stockage des messages, ce qui permet de protéger les réponses sensibles. Vous aurez très probablement besoin d’être accompagné pour ce type de système.

À privilégier si votre enquête est courte/modulable, et si vous avez le financement pour un partenariat avec un agrégateur.

Exemple de réussite (en anglais) :

Enquête par téléphone via le web

image info

Solutions technologiques : Les mêmes que pour la MDC, seulement à distance : KoBoToolbox, SurveyCTO, ONA, CommCare : via les formulaires web envoyées par SMS, email, Whatsapp ou autre moyen de communication.

Recommandations :

L’auto administration des questionnaires via un smartphone peut être une solution dans le cas d’enquêtes ciblées auprès de groupes déjà formés ou habitués aux questionnaires (travailleurs sociaux ou médicaux par exemple, autorités locales, etc.). À privilégier pour un groupe de répondants lettrés, familiers des enquêtes, et disposant de smartphones et d’internet (Wifi dans leurs locaux professionnels par exemple).

Serveur vocal interactif (IVR en anglais)

image info

Solutions technologiques :

Une comparaison de solutions SMS a été mise à jour en 2019 (Kopernik - International Plan).

Recommandations :

Pour des enquêtes courtes et simples ou facilement adaptables, et si vous avez le budget pour établir un partenariat avec un agrégateur. Quand les répondants sont peu habitués à ce genre de conversations “robotisées” il est possible que le taux de non réponse ou d’arrêt de l’enquête soit élevé. Voir par exemple le retour d’expérience du WFP en RDC Interactive Voice Response mVAM. Vous aurez très probablement besoin d’être accompagné pour ce type de système.

À privilégier si votre enquête est courte/modulable, et si vous avez le financement pour un partenariat avec un agrégateur.

Quelques autres conseils techniques :

  • Autant que possible, ne pas improviser et bricoler, surtout en urgence, mais travaillez avec un partenaire expérimenté dans les méthodes de collecte de données à distance (renseignez-vous auprès de vos homologues ou étudiez les solutions proposées ci-dessus).
  • De nombreux pays ont des restrictions sur le volume et la fréquence des messages provenant d’un compte. Certains pays peuvent même exiger une coordination directe avec les ministères et/ou des tiers agréés afin d’envoyer des messages au-delà d’un certain seuil. Pensez à vérifier ce point.
  • En l’absence de liste de téléphone préétablie et si vous avez besoin de faire une enquête, il est possible établir un partenariat avec un fournisseur renommé d’échantillons de numéros de téléphone (pour établir une large base de données, si elle n’est pas déjà existante au sein de l’organisation). Cette méthode présente néanmoins des biais éthiques (pas de consentement à l’utilisation des numéros) et doit être réservé aux enquêtes essentielles.
  • Pensez à utiliser des plateformes d’intégration telles que OpenFN ou Zapier pour vous faciliter l’interopérabilité entre vos différentes solutions technologiques.
  • Vous pouvez aussi envisager de récolter des photos ou vidéos directement depuis les communautés si celles-ci disposent de connexion internet.

Voir fiche pratique “Partager une photo (localisée ou non)” dans la boite à outils : ici.